Assurance-vie : 6 idées pour gagner plus

Confrontés à la baisse du rendement des fonds en euros, les épargnants se tournent vers des supports en unités de compte plus performants… mais plus volatils.

assurance-vie-6-idees-pour-gagner-plus

Les professionnels sont unanimes : quiconque souhaite rentabiliser son contrat d’assurance-vie au long cours n’a d’autre choix que de le diversifier en plaçant une fraction de ses primes sur des supports en unités de compte (UC). Et la collecte est en hausse de 46 % sur les quatre premiers mois de l’année. Mais faire ce constat est une chose, le mettre en pratique en est une autre. « Nous sommes dans un environnement boursier porteur mais encore très volatil et compliqué pour l’épargnant », confirme Jean-François Bay, directeur général de Morningstar France. Pour lui, se tourner vers les UC exige à la fois bon sens et persévérance. « Il faut avant tout définir son profil de prise de risques selon son objectif de rendement et son horizon de placement, qui ne peut être inférieur à deux ans. Ensuite il faut s’engager régulièrement, rester investi et accepter de faire le dos rond en cas d’à-coups. Enfin, il est indispensable de diversifier son investissement tant du point de vue géographique que sectoriel au travers de différentes classes d’actifs. » Les pistes de valorisation sont évidemment multiples. Mais au moins six d’entre elles méritent le détour.

Les gestions flexibles

Portés par des signatures comme Carmignac, CPR AM, DNCA, Financière de l’Echiquier, Invesco etc., les « fonds patrimoniaux » flexibles, réputés pour leur élasticité, conservent une place de choix dans l’offre multisupport des assureurs. « Cela reste l’une des meilleures façons de profiter des différentes phases de rentabilité des marchés actions et obligations internationaux », résume Stéphane de Kermoal, responsable mandats multigestion chez Rothschild HDF Investment Solutions. Attention, les variations de curseur reposent sur des stratégies de gestion fort différenciées d’une maison à l’autre. Avec à la clef de sensibles écarts de performances selon les offres. « Il ne faut pas hésiter aujourd’hui à privilégier les gestions de conviction davantage axées sur le “stock-picking” », ­conseille Jean-François Bay.

Les fonds à revenus

Mis en avant par AXA France, Amundi ou plus récemment Carmignac, les fonds à revenus sont des variantes des fonds patrimoniaux. Comme leur nom l’indique, ils optent pour la distribution d’un coupon régulier à leurs souscripteurs (objectif annuel moyen visé de l’ordre de 5 %) en captant le rendement là où il se trouve. L’idée n’est pas nouvelle. Ce qui l’est, c’est la systématisation du principe et la diversification de la source du revenu (actions ou obligations). « Dans un contexte où la majorité de la performance des actions est liée au dividende et à sa croissance, c’est évidemment un thème très porteur, constate Jean-François Boulier, président du directoire d’Aviva Investors France. Mais l’argument marketing ne doit pas aveugler l’investisseur, qui doit bien garder en tête qu’un fort dividende n’est pas forcément signe de solidité pour l’entreprise qui le distribue. »

De l’immobilier de qualité

Sous réserve d’être sélectionnées avec soin, les UC placées en parts de SCPI (sociétés civiles de placement immobilier) ou d’OPCI (organismes de placement collectif immobilier) constituent toujours une bonne source de diversification. Investis en locaux professionnels (bureaux, commerces, résidences spécialisées, etc..) encore rentables, les SCPI ont dégagé l’an dernier un rendement moyen de 5 %. Fortement chargés en frais, ils exigent « un horizon de placement de l’ordre de huit à dix ans pour être amortis », rappelle Hervé Tisserand, directeur général du courtier en ligne Altaprofits.com.

Un fonds à capital garanti

Toujours d’actualité, ces supports de type « ceinture et bretelles » ont pour double objectif de protéger le capital investi, tout en servant à l’issue d’une période d’immobilisation une performance liée à la progression d’un panier de valeurs ou d’indices boursiers. Federal Finance, la société de gestion du Crédit Mutuel Arkea, promet par exemple un gain de 6 % aux assurés qui souscrivent son support Autofocus Croissance juin 2015, sous réserve qu’à chaque date de constatation annuelle la performance de l’indice EuroStoxx 50 soit positive ou nulle par rapport à son niveau initial (capital non protégé, en revanche, si l’indice perd plus de 40 % au bout de huit ans). Souvent alléchantes, ces offres, qui reposent sur des modes de gestion structurée complexes et coûteux en frais de souscription et de gestion annuels, ne tiennent pas toujours leurs promesses. Fréquemment pointées du doigt par les associations de ­consommateurs et les autorités de régulation, elles exigent impérativement d’être décryptées avant souscription.

Penser aux trackers

« A l’heure où, pour un même secteur d’activité, les performances des fonds peuvent varier du simple au double d’une équipe de gestion à l’autre, les trackers ont le mérite de la simplicité à moindre coût », résume David Capdevielle, cofondateur de Linxea. Présents dans plusieurs ­contrats vendus en ligne, ces supports, qui offrent une réplique de leur indice de référence sans frais cachés supplémentaires, s’adressent néanmoins en priorité « à des assurés avertis, prêts à accepter les fluctuations boursières », tempère Hervé Tisserand.

La carte des obli­gations convertibles

Utilisés de longue date par les assureurs pour la gestion de leurs fonds en euros, ces titres obligataires hybrides, susceptibles d’être convertis en actions, sont des solutions d’investissement de niche que certains acteurs du marché ont décidé de rendre plus accessibles au travers d’UC spécifiques. C’est notamment le cas de l’association Afer, qui, en début d’année, en partenariat avec son assureur Aviva, a lancé Afer Convertibles, un support permettant de « participer à la hausse des marchés actions, tout en profitant d’un parachute à la baisse », résume Paul Gagey, gérant chez Aviva Investors France.

  • Facebook
  • Twitter
  • linkedin
Rappel Gratuit

Merci de remplir le formulaire ci-dessous

* Ce champ est obligatoire

Articles recents