Archives mensuelles : mai 2015

La différence entre une assurance vie et une assurance décès :

L’assurance vie et l’assurance décès sont deux types de contrat destinés à protéger votre famille contre les aléas de la vie. La plupart du temps, ces deux contrats entraînent une certaine confusion alors qu’ils n’ont pas la même finalité.

L’assurance vie est un placement financier

D’une manière générale, l’assurance vie est destinée au financement d’un projet, à la transmission du capital constitué ou à la préparation de votre retraite. Il s’agit par conséquent d’un produit d’épargne qui a pour vocation de vous garantir le versement d’un capital ou d’une rente, selon l’option choisie, au terme du contrat.

Vous avez la capacité d’épargner à votre rythme, sous forme de primes périodiques ou d’une prime unique. Le capital fructifie d’année en année grâce aux intérêts générés par le placement, eux-mêmes générant des intérêts. Si vous décédez avant le terme du contrat, le capital constitué est versé totalement ou partiellement aux bénéficiaires désignés.

Il existe de nombreux avantages à souscrire une assurance vie. En premier lieu, celle-ci permet de sécuriser un capital non fiscalisé, lequel dégage des revenus faiblement taxés. De plus, en raison de son statut d’épargne, il vous est possible de cumuler les contrats. Enfin, vous pouvez racheter à tout moment, avant son terme, votre contrat d’assurance vie, moyennant un commissionnement à votre organisme bancaire ou d’assurances.

L’assurance décès est un contrat de prévoyance

Le contrat d’assurance décès, quant à lui, est un produit de prévoyance qui permet la libération d’un capital garanti, assorti de dédommagements supplémentaires selon les circonstances. Il n’y a donc pas d’épargne, il s’agit d’un contrat d’assurance qui garantit un risque, celui de l’invalidité-décès.

Ainsi, au moment de la souscription du contrat, vous désignez un ou plusieurs bénéficiaires et déterminez le montant du capital forfaitaire qui leur sera versé en cas de survenue de votre décès au cours de la période.

Vous versez des cotisations régulières qui alimentent la constitution de votre capital tout au long du contrat. Cependant, contrairement à l’assurance vie, ce capital n’est pas récupérable de votre vivant. Sa libération ne peut être conditionnée que par votre décès. Il est bon de noter toutefois qu’en cas d’invalidité ou de perte d’autonomie durant la période du contrat, le capital garanti peut vous être versé.

Pour conclure

Le terme « assurance » n’est destiné ici qu’à déterminer le cadre fiscal dans lequel s’inscrivent ces deux contrats. L’assurance vie vous permet d’épargner sur le long terme, tandis que l’assurance décès vous protège financièrement contre un risque spécifique.

Choisir le bon contrat d’assurance pour sa voiture

Bien souvent, selon l’âge de son véhicule et l’utilisation que l’on en a, on peut hésiter entre l’assurer au tiers à moindre frais, ou prendre un autre contrat offrant plus de garanties, comme l’assurance tout risque. Découvrez tout ce qu’il faut savoir pour souscrire la bonne assurance.

Après l’achat d’un nouveau véhicule, il est fréquent de s’interroger sur le choix du contrat d’assurance adapté, afin de le couvrir au mieux. Il existe en effet un vaste éventail de possibilités entre la formule au tiers et la garantie tous risques et le choix du niveau de couverture dépend bien souvent de l’âge et de la valeur d’achat du véhicule.

L’assurance auto tous risques est bien entendu celle qui couvrira le mieux votre véhicule et vous offrira la garantie d’être toujours indemnisé, quel que soit le dommage subi. Qu’il s’agisse d’un accident responsable ou non, que vous soyez victime d’une catastrophe naturelle ou de vandalisme, vous êtes certain d’être dédommagé. De plus, il faut savoir que lorsque l’on est assuré tous risques, l’indemnisation est plus rapide qu’avec les autres niveaux de garantie.

Bien évidemment, le choix de ce type de contrat n’est pertinent seulement si le véhicule a une valeur marchande relativement élevée. A partir d’un certain niveau d’ancienneté et de kilométrage, il n’est plus forcément rentable pour l’assuré de souscrire ce type de couverture, dont le tarif demeure assez élevé. Il peut donc être préférable de vérifier la cote de votre véhicule avant de choisir votre contrat d’assurance. A noter que dans le cas d’une assurance tous risques, certains assureurs peuvent exiger un contrôle visuel du véhicule pour déterminer son état, avant d’accepter de l’assurer.

Assurance au tiers ou tous risques ?

L’assurance au tiers représente la couverture minimum obligatoire. Elle garantit l’indemnisation des dommages matériels et corporels causés à des tiers, mais ne couvre pas en revanche les dommages causés par l’assuré sur son propre véhicule. Cette couverture minimale peut toutefois être complétée par des garanties complémentaires, permettant de bénéficier d’une protection plus étendue, pour un tarif moins élevé que celui d’une assurance tous risques.

Par exemple, la garantie vol et incendie » (les deux sont souvent associées dans la même option mais peuvent être séparées selon les compagnies d’assurance), prise en complément d’une assurance au tiers, permettra dans ces deux cas de figure d’être indemnisé et de ne pas se retrouver sans rien du jour au lendemain. D’autres options existent et peuvent être ajoutées à l’assurance initiale, telles les garanties « bris de glace » ou « dommage tous accidents », sachant que certaines ne sont parfois pas inclues dans un contrat tous risques.

Enfin, il faut savoir que les dommages corporels subis par le conducteur dans un accident qu’il a lui même causé, ne sont pas pris en charge dans les contrats d’assurance de base, même tous risques. Cela représente une garantie supplémentaire à ajouter et celle-ci peut varier selon le type de contrat, avec soit une indemnisation basée sur l’évaluation du préjudice subi (préférable), soit une indemnisation forfaitaire (moins avantageuse car plafonnée).

Peut-on se fier aux comparateurs d’assurance ?

comparerLes Furets, Assurland, LeLynx… depuis plus de cinq ans, les comparatifs d’assurance ont fleuri sur internet. Issus de grands groupes prestigieux ou de petites start-ups inconnues, ils participent à l’explosion des sites de comparatifs sur internet : de l’achat de son billet d’avion à la souscription à un opérateur téléphonique, le consommateur d’aujourd’hui n’hésite plus, grâce à internet, à faire jouer la concurrence pour obtenir le meilleur prix et le meilleur service. Une étape d’autant plus nécessaire que, dans le secteur des assurances, la multiplication des options et la complexité des contrats rendent le choix particulièrement épineux pour le consommateur.

Il ne faut cependant pas se fier les yeux fermés aux recommandations des comparateurs d’assurance. Peu d’entre eux garantissent en effet de présenter toutes les assurances disponibles sur le marché français – beaucoup en effet ne présenteront ou ne privilégieront que les résultats des prestataires ayant accepté de travailler avec eux contre commission. Certains de ces sites, notamment les plus connus, sont en fait issus de grands groupes d’assurance dont la neutralité et les bonnes intentions peuvent être remises en question. Le nombre de prestataires proposés n’est d’ailleurs pas un gage de fiabilité et de meilleure compétitivité du site et il faut se méfier de certains courtiers qui re-packagent les contrats d’assureurs établis sous un autre nom, rajoutant au passage leur propre commission.

La meilleure démarche reste donc… de comparer les comparatifs. Mettre en concurrence les résultats des différents sites de comparatifs d’assurance permet en effet d’éviter les choix sous influence et de multiplier les chances de trouver le contrat idéal. L’exercice est fastidieux, chacun de ces sites réclamant généralement de laisser des coordonnées et des informations personnelles – encore une manière pour ces sites de rentabiliser leurs services – qui mettront l’utilisateur sous le feu de campagnes de publicités par mail plus ou moins sollicitées.

Enfin, cet exercice de comparaisons d’assurance en ligne ne doit pas faire négliger la lecture attentive et la compréhension exhaustive des différentes clauses des contrats proposés, car toutes les subtilités des couvertures d’assurance ne sont pas, ou ne peuvent pas, être toujours mises en concurrence dans les comparatifs : votre assurance-obsèques couvrira-t-elle par exemple les mêmes prestations si leurs coûts ont augmenté au moment de votre décès ? Dernier critère échappant aux sites de comparatifs d’assurance : la qualité de service du prestataire (délais de remboursement, interlocuteur unique, pérennité de l’offre…). Ce sera encore une fois à l’utilisateur de vérifier le sérieux du prestataire et sa réputation… en dehors des sites de comparatifs d’assurance.

  • Facebook
  • Twitter
  • linkedin
Rappel Gratuit

Merci de remplir le formulaire ci-dessous

* Ce champ est obligatoire

Articles recents